Critique de Démembrement rural par Encres vagabondes

Trifaille est une petite ville de banlieue parisienne où des évènements dramatiques vont se dérouler. En effet, des meurtres très particuliers se succèdent et à chaque fois une partie du corps est amputée. Les relations entre les différents habitants sont assez intriquées dans cette petite bourgade.

L’officier de gendarmerie, le lieutenant Albert Ploche, ne s’intéresse guère à sa femme, Madeleine, qui intervient dans plusieurs associations s’occupant de Roms, de Syriens et d’Afghans. Elle s’ennuie avec son mari mais l’enquête relance un peu son intérêt.

Ploche a une maîtresse, Lotus, qui avait un autre amant Andi, d’origine albanaise. Il sera le premier à être assassiné.
« – On a identifié la victime : c’est un cultivateur des environs, un Albanais d’origine, Andi Bukurosh, installé là depuis une dizaine d’années. Il cultivait deux champs (maraîchage), une série de serres, et élevait quelques poules pour les oeufs. On se demande ce qu’il faisait là en pleine nuit, à un kilomètre de sa ferme. Pas marié, il emploie des jeunes en stage pour lui donner un coup de main. Et en effet, bizarrement, l’assassin a emporté sa jambe droite. Préparez-vous on part perquisitionner chez lui. »

Lire la critique complète sur le blog d’encres vagabondes