Paiement sécurisé avec 3D Secure

Sélectionné :

Les cinq cahiers d'Habiba

16,00

    Les cinq cahiers d’Habiba

    16,00

    Parution le 2 septembre 2019

    “Je ne dois m’en prendre à personne si je suis seule et si je n’ai plus que mes pieds à qui parler”, écrit Habiba dans ses cahiers.

    Cinq cahiers d’écolier dans lesquels cette femme – modeste employée – laisse éclater colère et sentiments, des mots forts – tantôt poétiques, tantôt violents – qui se mêlent à ses souvenirs, à ses “cinquante années d’une vie passée à essayer de tout faire bien”.

    Habiba se souvient alors du foyer dans lequel enfant elle a été placée, de sa directrice qui régnait en despote sur ses pensionnaires qu’à l’époque on appelait les filles de l’assistance. Elle se souvient aussi de sa rencontre avec Priska, une gamine maltraitée qui fera chavirer le cœur d’Habiba et qu’elle considèrera comme sa petite sœur, sa jumelle de foyer.

    Deux êtres écorchés qui vont s’appuyer l’une sur l’autre et cheminer ensemble jusqu’au jour où Habiba apprendra que Priska s’est mariée, un mariage qui s’est fait sans elle et qui fera exploser leur belle amitié.

    Habiba se retrouve alors seule avec ses pieds, deux pieds déformés qui se sont récemment faits opérer et qui deviendront ses confidents tout comme Djibril, un gardien d’immeuble qui va peu à peu réussir à l’apprivoiser et l’aider à démêler les fils de son passé pour à nouveau remarcher et avancer.

    Catégorie :

    Informations complémentaires

    EAN

    978 249 05 800 40

    L'autrice

    Née en Algérie, Zohra Sotty arrive avec sa famille en France à l’âge de 6 ans et grandit avec ses 8 frères et sœurs en région parisienne. Elle est institutrice pendant une dizaine d’années puis devient journaliste au pôle Afrique de Radio France internationale où elle réalisera de nombreux reportages culture et société sur le continent africain. Les cinq cahiers d’Habiba est son premier roman.

    Extrait

    “Je ne dois m’en prendre à personne si je suis seule et si je n’ai plus que mes pieds à qui parler”, écrit Habiba dans ses cahiers.

    Cinq cahiers d’écolier dans lesquels cette femme – modeste employée – laisse éclater colère et sentiments, des mots forts – tantôt poétiques, tantôt violents – qui se mêlent à ses souvenirs, à ses “cinquante années d’une vie passée à essayer de tout faire bien”.

    Habiba se souvient alors du foyer dans lequel enfant elle a été placée, de sa directrice qui régnait en despote sur ses pensionnaires qu’à l’époque on appelait les filles de l’assistance. Elle se souvient aussi de sa rencontre avec Priska, une gamine maltraitée qui fera chavirer le cœur d’Habiba et qu’elle considèrera comme sa petite sœur, sa jumelle de foyer.

    Deux êtres écorchés qui vont s’appuyer l’une sur l’autre et cheminer ensemble jusqu’au jour où Habiba apprendra que Priska s’est mariée, un mariage qui s’est fait sans elle et qui fera exploser leur belle amitié.

    Habiba se retrouve alors seule avec ses pieds, deux pieds déformés qui se sont récemment faits opérer et qui deviendront ses confidents tout comme Djibril, un gardien d’immeuble qui va peu à peu réussir à l’apprivoiser et l’aider à démêler les fils de son passé pour à nouveau remarcher et avancer.

    Lire un autre extrait

    Avis

    Il n’y pas encore d’avis.

    Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les cinq cahiers d’Habiba”

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    vingt − quatre =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Fermer le menu
    ×

    Panier